FANDOM


Aujourd’hui, la démocratie représentative fait face à certaines limites, on parle même de « crise de la représentation ». En effet, les individus ne se sentent plus correctement représentés et ont l’impression que les hommes politiques sont bien loin de leurs préoccupations quotidiennes, ce qui implique une hausse de l’abstention aux élections ainsi qu’une défiance à l’égard de la politique en général.
C’est dans ce contexte qu’est apparue la volonté de mettre en place la démocratie participative, afin de renouer avec les citoyens et de palier les défauts liés à la démocratie représentative.
La démocratie participative peut être définie comme la volonté d’associer les citoyens à la prise de décision. L’échelle d’Arnstein recense plusieurs niveaux de participation à savoir :

Information
Concertation
Co-décision
Co-construction

L’objectif de cette démarche est de permettre aux individus d’exprimer leurs points de vue,  de faire des propositions, de réfléchir à la mise en place de nouveaux dispositifs participatifs afin qu’ils s’impliquent davantage dans la vie de leur commune. L’idéal est que cette forme de participation puisse toucher tous les citoyens, même ceux les plus éloignés de la politique. Plusieurs outils participatifs existent tels que :

les budgets participatifs
les conseils de quartiers
les conseils citoyens
les réunions publiques
les chartes participatives


La démocratie participative à Courdimanche :


Depuis la réélection de l’équipe municipale en 2014, la commune de Courdimanche a à cœur de développer la démocratie participative. Ainsi plusieurs outils ont déjà été mis en place, tels que les bornes interactives, les permanences mobiles. Par ailleurs, il existe à Courdimanche des « ruches citoyennes ». L’objectif de ces ruches est de renforcer le pouvoir d’achat des habitants en faisant des commandes groupées, ce qui abaisse les coûts, comme pour le bois de chauffe, les fournitures scolaires ou encore les couches pour enfants. Une mutuelle municipale doit également être mise en place. Les citoyens ont alors pu donner leur avis sur les produits à commander.
De plus, la ville a plusieurs fois fait voter les habitants sur le site internet. Ce fût le cas pour choisir le thème du carnaval, l’aménagement de l’aire de jeux du champs d’arthur, ou encore récemment sur le noms des voies du nouveau quartier du bois d’Aton.

La conférence « #CitoyenPolitique : une proximité utopique ? » marque un tournant dans la démarche de la commune. Ainsi, le 15 novembre, Rémi Lefebvre, chercheur en science politique et Jo Spiegel, maire de Kingersheim ayant mis en place la démocratie participative, sont venus débattre à la MELC devant une centaine de personnes, afin d’expliquer ce qu’était la démocratie participative et ce qu’il était possible de faire. Un temps d’échange a ensuite eu lieu pour que les participants puissent poser des questions aux invités.

Par ailleurs, un premier groupe de pilotage s’est réunit le 3 février 2017. Les participants ont été tirés au sort afin d’élargir la participation et de permettre à des personnes qui ne se seraient pas forcément manifestées de prendre part au débat. Durant ce temps de travail mené par Rémi Lefebvre, chacun des participants a pu s’exprimer librement, formuler des attentes à l’égard de la démocratie participative ainsi que sur leur vision de la ville.
Dans le but d’aboutir à une charte de la participation à l’été 2017, quatre autres groupes de travail se réuniront d’ici le mois de juin. Les citoyens pourront formuler des propositions pour améliorer la participation au sein de la commune, et proposer de nouveaux dispositifs participatifs.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard